Des nouvelles de nos partenaires face à la pandémie

 

Depuis quelques semaines, nous reçevons des messages de nos partenaires qui nous expliquent comment le coronavirus impacte leurs activités et leurs vies. Nous vous les partageons ici.

 

Fair Trade Lebanon (Liban)

« Au Liban comme ailleurs, nous sommes dans une sorte d’attente immobile. Nous prenons notre mal en patience. Officiellement, le virus n’a fait que 4 victimes dans tout le pays. Ce qui fait peu. Mais il y a certainement des zones non cartographiées : les camps palestiniens, les réfugiés syriens, et tous les travailleurs migrants pris au piège dans ce pays, à la fois sans aucune ressource de substitution et dans l’impossibilité de rentrer au pays.

On nous prédit le « pic » de l’épidémie pour la semaine prochaine. Mais ici comme ailleurs, beaucoup de gens s’improvisent spécialistes en épidémiologie. A la sortie du tunnel, tout peut basculer. Dans un sens comme dans l’autre :

– soit des formes de solidarité inédites apparaissent, les décideurs – politiques, économiques, religieux – réalisent qu’on ne peut pas redémarrer le « business as usual » comme avant le coronavirus, et nous remonterons la pente, tout doucement, autrement, selon des modalités qui restent à inventer (avec ou sans le soutien de la « communauté internationale » qui sera sans doute elle-même bien éparpillée) ;

– soit les dégâts sont tels que les vieux démons de la nature humaine reprennent le dessus et l’on ira vers un monde de compétitions et d’inégalités renforcées. Tout le monde du commerce équitable – producteurs, exportateurs, distributeurs – aura sans doute du mal à se relever. Les plus résilients ne seront peut-être pas ceux qu’on croit… »

I Was a Sari (Inde)

« Nous faisons tous face à cette tempête de COVID-19 ensemble et nous espérons que vous êtes tous en sécurité et que vous prenez des précautions pour la sécurité de vos proches.
Comme toujours, nous nous engageons à défendre notre cause, à savoir l’autonomisation des femmes issues de communautés défavorisées. Travailler avec nos artisans pour qu’ils puissent générer des revenus réguliers, mener une vie plus saine et devenir financièrement indépendants a été notre raison d’être. Et en ces temps difficiles, ces mêmes raisons continuent de guider nos décisions.

Nous devons comprendre que cette pandémie va ajouter des obstacles supplémentaires dans la vie de nos artisanes et nous essayons de trouver des moyens d’assurer leur sécurité, tout en les aidant à continuer à gagner leur vie.

Nous suivons de près la situation dans chaque endroit où nous avons nos installations de production et pour réduire le risque de contagion, nous avons décidé d’arrêter temporairement toutes les activités. Notre personnel de bureau continuera à travailler à domicile et nous nous organisons pour pouvoir donner du travail à domicile à nos artisans également.

Nous espérons et prions pour que cela soit temporaire et que nous puissions bientôt reprendre un travail à part entière.

Prenez soin de vous et restez en sécurité. »

Thai Tribal Craft (Thaïlande)

« C’est une période très difficile, surtout pour les petites organisations comme la nôtre, et voici quelques faits concernant notre situation actuelle.

Nos marchés d’exportation ont diminué de façon spectaculaire depuis des années et ce n’était que 37% l’année dernière, ce qui signifie que 63% de nos ventes se font sur le marché intérieur et que nos principales dépenses opérationnelles dépendent beaucoup des touristes, des visiteurs locaux et d’autres ventes intérieures avec peu de chance d’avoir un fonds de réserve.

Nous n’avons plus de clients depuis près d’un mois maintenant et nous devons fermer notre boutique le 23 mars et la prolonger jusqu’à la mi-avril. Les ventes de janvier à ce jour ont chuté de 70 % et nous pourrions nous retrouver avec des ventes nulles pendant les prochains mois ou jusqu’à ce que la situation s’améliore.

Par conséquent, environ 50 artisans et leurs familles, y compris nos employés à plein temps, sont directement touchés et davantage d’artisans qui travaillent avec nous pour les produits saisonniers et avec nos partenaires locaux sont indirectement touchés.

En raison des nombreuses incertitudes concernant les affaires et les revenus, nos employés prennent 4 jours de congé mensuel non payé de mars à mai 2020 dans un premier temps et envisagent différentes options pour économiser et partager ce temps difficile. Nous sommes également très préoccupés par la manière de survivre dans l’entreprise et de surmonter la crise. »

Commentaires fermés